• Les enfants

    Je suis retourné dans la salle multimédia et j'ai allumé l'écran plasma. 1941 passait encore sur Channel 64, le son coupé. J'avais vu ce film avec mon père en décembre 1979 au Cinerama à Hollywood. 1941 était l'année de naissance de mon père. Et au bout de quelques secondes - le temps de comprendre tout ça - j'ai entendu le ton familier de la voix d'AOL répétant inlassablement, depuis l'oridnateur dans mon bureau : "Vous avez un e-mail, vous avez un e-mail..." En entrant dans le bureau, j'ai vu que je recevais un rouleau sans fin d'e-mails en provenance de la Bank of America à Sherman Oaks.

    Lorsque je me suis assis devant l'ordinateur, les e-mails ont brusquement cessé de défiler. Pendant cette longue nuit, je suis resté longtemps hébété, dans l'attente de quelque chose, pendant que ma famille dormait à l'étage au-dessus.

    Tout autour de moi, vibrait légèrement, et je ne cessais de m'imaginer une rivière de cendres grises coulant à l'envers. Au début, j'étais rempli d'un certain émerveillement, mais quand je m'apercevais que ce n'était lié à rien de particulier, l'émerveillement sombrait dans la peur. Et cela a été suivi par le chagrin et les échos perçants d'un passé dont je ne voulais pas me souvenir, et je me suis donc concentré sur les prédictions qui se répercutaient en moi et qu'il m'a fallu alors, en raison de leur nature sombre, ignorer.

    La dénégation totale me détachait délicatement de la réalité - mais pour un moment seulement - parce des lignes se connectaient à d'autres lignes, et progressivement tout un réseau se formait et devenait cohérent, avec une signification particulière, et finalement, émergeant du vide, une image de mon père : son visage était blanc, ses yeux fermés dans le repos, et sa bouche une simple ligne qui bientôt s'ouvrait pour hurler.

    Mon esprit ne cessait de se murmurer des choses, et dans mes souvenirs tout était là - la maison en stuc rose, la moquette longue et verte, les maillots de bain de Mauna Kea, nos voisins Susan et Bill Allen - et je pouvais voir la 450 SL crème de mon père alors qu'elle changeait de file sur une autotroute bordée de citrus, fonçant vers une rampe de sortie, pas loin d'ici, SHERMAN OAKS, et plusieurs fois pendant la nuit ou tôt le matin du 4 novembre - j'ai ri - incrédule - en entendant les bruits retentir dans ma tête et je n'arrêtais pas de parler tout seul, mais j'étais un type qui essayait d'avoir une conversation rationnelle avec quelqu'un qui perdait la boule - et je criais laisser tomber, laisser tomber, et je ne pouvais plus éviter de reconnaître un fait qu'il me fallait accepter, mon père voulait me donner quelque chose. Et alors je répétais son nom, j'ai compris ce que c'était. Un avertissement.

    Lunar Park, Breat Easton Ellis


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :